C'est sous le signe de l'audace que s'est inscrite l'évolution du théâtre Mic-Mac. Les membres de la troupe se font les dents sur «La Perruche et le Poulet» (1967), «Pique-nique en ville» et «Théâtre en 8» (1968-1969).

Puis les gens du Mic-Mac s'orientent vers la présentation de productions de plus grande envergure dont «Les belles-soeurs» de Michel Tremblay (1969) sera le joyau. On permet ainsi au public du Saguenay-Lac-Saint-Jean d'assister aux représentations de cette oeuvre qui fait courir les foules dans les grands centres comme Montréal, Québec et... PARIS.

Les années 70 sont celles d'une production active et incessante. «En pièces détachées» (1971) ; «Le chant du sink» (1973) ; «Manon Lastcall» (1975) ; «Cet animal étrange» (1976) ; «On n'est pas sorti du bois» (1979), pour ne mentionner que ces titres, ont fait les délices des spectateurs d'ici et d'ailleurs. On inscrit même au programme des tournées qui passent par Chibougamau, Dolbeau, St-Félicien, St-Prime et se rendent même jusqu'à La Tuque, Sherbrooke et Québec. De plus, en produisant des pièces de Tremblay, Barbeau, Thériault, le Mic-Mac devient en quelque sorte promoteur des oeuvres québécoises, ce qui orientera dorénavant le choix de ses productions.